Un sport-études voile au Québec, ça existe !

 

 

Un programme pour qui ?

Depuis 2014, grâce à une entente avec l’École secondaire du Chêne Bleu, la Fédération de voile du Québec, le Club de voile Deux-Montagnes et le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, un sport-études voile est maintenant offert au Québec. Ce programme est avant tout destiné aux jeunes de 12 à 17 ans (secondaire 1 à 5) passionnés de voile et désirant poursuivre leurs études dans une concentration de sport. C’est l’École secondaire du Chêne Bleu, située à Pincourt, qui accueille ce programme et soulignons que c’est la seule école au Canada !

Comment fonctionne le programme? 

C’est Carmen Denis, entraîneur niveau 4 en voile, spécialisée avec les athlètes en développement et grande passionnée du sport qui transmet, tout au long de l’année, ses connaissances et sa passion pour le sport aux jeunes.

La période de navigation en temps scolaire s’étend sur les mois de septembre, octobre, ainsi que mai et juin, à raison de 3 après-midi par semaine, les 2 autres après-midi par semaine étant occupés par la pratique de sports variés.

En période hivernale (novembre à mars), les 3 après-midi destinés aux entrainements sur l’eau se transforment en après-midi multisports. Les jeunes ont en effet l’opportunité de pratiquer et de découvrir des sports variés avec une kinésiologue du Centre Multisport de Vaudreuil. C’est l’occasion parfaite pour développer et consolider leurs habiletés de base, telle que la coordination, l’agilité, l’équilibre, la vitesse, qui seront transférables pour performer lors de leur saison de voile ! Les athlètes auront aussi la possibilité de faire des camps d’entraînement optionnels en Martinique et à Vancouver.

Au mois de mars et avril, en préparation à la saison qui arrive, Carmen reprend en charge le développement des jeunes quant aux portions techniques et pratiques de la voile, comme la compréhension de l’environnement avec des notions sur la météo, le vent, les courants, les règles de courses, la sécurité, ainsi que l’entretien et la préparation des bateaux.

Combien coûte l’inscription au programme ?

Il faut prévoir des coûts d’environ 8000 $ pour l’ensemble des activités du programme auxquelles les jeunes adhèrent dans le cadre du Sport-Études. Il est à noter que les camps d’entraînement optionnels offerts aux athlètes durant la période hivernale ne sont pas compris dans ce tarif. Les jeunes devront maintenir de bonnes notes et un comportement irréprochable s’ils veulent continuer à progresser au sein du Sport-Études voile. Comme ce programme est ouvert à tous les élèves du Québec, ceux qui n’habitent pas la région de Vaudreuil et environs ont la possibilité de faire une demande auprès du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour obtenir du soutien avec l’hébergement et le transport.

Quels sont les bienfaits du programme ?

Est-ce un 8 000 $ bien investi ? Sans aucun doute! Le programme est beaucoup plus que des entraînements et du temps en classe. C’est toute une équipe qui soutient les jeunes pendant l’année scolaire, avec un accès à des professionnels offrant des services médicaux-sportifs, tels que nutritionniste, kinésiologue, préparateur physique et mental, etc., en plus de leur entraîneur de voile. Au niveau physique, nombreux sont les bienfaits du programme, notamment avec les périodes de sport qui permettent de développer des habiletés variées et de consolider la technique en voile, amenant ainsi les jeunes à évoluer en tant qu’athlète.

Il est aussi primordial de considérer qu’une grosse partie du programme permet aux jeunes de se développer au niveau personnel, par exemple à travers des ateliers de voile où leur sens d’autonomie et de responsabilité sont mis de l’avant en ayant chacun un bateau à leur charge. Avec la structure du programme qu’ils doivent respecter, l’organisation du temps est aussi un aspect mis en avant pour ces jeunes, sans oublier les relations interpersonnelles développées avec un esprit de cohésion à travers le petit groupe d’élèves-athlètes.

Pour plus d’informations et pour s’inscrire, n’hésitez pas à contacter Carmen Denisau 450-455-5370.

 

 

cORK_oPTIweb.jpg

Montréal, le 13 août 2018 - Du 1er au 4 août avait lieu au Parc National de Frontenac, à Ste-Praxède proche de Thetford Mines, la 52e édition des Jeux du Québec. Deux classes de bateaux étaient représentées, l’Optimist pour les 15 ans et moins et le Topper pour les 17 ans et moins. Un total de 63 athlètes, 32 en Optimist et 31 en Topper, provenant de 13 régions différentes étaient en liste pour compétitionner.

Lors de cette édition, nous avons eu droit à toutes les conditions météorologiques possibles. Les athlètes ont ainsi effectué un total de 6 courses durant les 4 jours de compétition. La deuxième journée fut marquée par de très forts vents ne permettant de faire qu’une seule course en Topper. La dernière journée qui était la finale et qui représentait les 10 meilleurs athlètes de la compétition fut quand elle annulée suite au manque de vent.

Du coté des athlètes, en Optimist, les résultats étaient très serrés entre les 7 premiers. Les frères Nathan et Matis Duffar-Calder étaient attendus ainsi que les 3 athlètes de la région Sud-Ouest et ceux de la région Outaouais. Tous ces athlètes étaient finalistes et c’est Nathan qui a remporté la compétition haut la main en arrivant 1er à toutes ses courses sauf une (3e), il est suivi par Vincent Grenier et Jacob Townsend de la région Sud-Ouest.

En Topper, les jeunes naviguaient pour la 1ere fois sur ce nouveau bateau et ont tous réussi à s’adapter à cette situation. Ici encore les résultats étaient serrés! Après de belles luttes et régates, c’est finalement Zao Dinel de la région Richelieu-Yamaska qui s’empare de l’or.

Félicitations à tous et toutes! Bravo aussi à la région est du Québec qui remporte la médaille du meilleur esprit sportif!
Un grand merci et bravo, à l’organisation ainsi qu’à tous les bénévoles.

Résultats en Optimist:
1/ Nathan Duffar-Calder, Club de voile du Lac Brome, Richelieu-Yamaska
2/ Vincent Grenier, Club de voile de Deux Montagnes, Sud-Ouest
3/ Jacob Townsend, Club de voile de Deux Montagnes, Sud-Ouest

Résultats en Topper:
1/ Zao Dinel, Club de voile du Lac Brome, Richelieu-Yamaska
2/ Louis-Eric Leblanc, Club de voile de Deux Montagnes, Sud-Ouest
3/ Philippe Delangis, Club de voile de Deux Montagnes, Sud-Ouest

 

Résultats au complet

38425825_2102758976415568_3601085517963198464_o.jpg             38518831_2102748533083279_1441572886337814528_o.jpg

Vainqueurs en Topper                                                                 Vainqueurs en Optimist

Plusieurs vous diront qu’il n’est pas obligatoire de suivre un cours pour apprendre à faire de la voile… Et ils ont bien raison ! Dès que vous aurez compris comment orienter votre voilier sur l’eau par rapport au vent et que vous aurez réussi à avancer, vous saurez faire de la voile ! Au Canada, il n’y a que la Carte de Conducteur d’Embarcation de Plaisance (CCEP) approuvée par Transports Canada qui est requise si votre voilier est muni d’un moteur. Sauf qu’il y a beaucoup plus, vraiment beaucoup plus…

L’obtention d’un brevet vous donnera les connaissances requises pour, non seulement faire avancer le voilier, mais le faire de façon sécuritaire pour vous, pour votre équipage et pour votre voilier. Il n’est pas rare de rencontrer des plaisanciers, dans les écoles de voile, qui se sont fait une grosse frayeur lors d’un coup de vent, en perdant le contrôle de leur voilier. Ils découvrent alors qu’il est possible de prendre des ris pour réduire la superficie de voilure et donc la gîte, tout en améliorant la vitesse dans le confort relatif que dictent parfois les conditions météorologiques. Ou mieux, vous déciderez peut-être de rester à l’abri le temps que la météo se calme. Si vous avez suivi un cours de voile, vous aurez appris comment ancrer sans crainte et vous pourrez profiter de cette occasion pour déterminer une nouvelle route plus appropriée sur votre cYena_20_noeudsweb.jpgarte marine et rentrer à bon port.

Évidemment, l’expérience acquise au fil des ans vous outillera à mieux affronter les conditions adverses, mais  sauriez-vous quoi faire en cas de bris dans le gréement lorsque vous constatez que le mât menace de tomber ?  Qu’avez-vous sous la main pour vous permettre de colmater une fuite d’eau ? Sauriez-vous comment effectuer  une récupération d’une personne à la mer et retrouver rapidement un de vos membres d’équipage qui vient de  passer par-dessus bord ?

Les cours menant à l’obtention de brevet de croisière reconnus par Voile Canada vous permettront de réagir  promptement dans un nombre remarquable de situations. La pratique de la voile est d’abord et avant tout, une  activité de plaisance et de détente. Il est entendu que la confiance acquise lors d’un cours rendra votre  expérience encore plus agréable, pour vous, mais aussi pour ceux et celles qui vous accompagnent.

Choisir une école

Au Canada, les instructeurs de voile obtiennent leurs certifications auprès d’instructeurs-évaluateurs chevronnés (ées) de Voile Canada. Ils ont non seulement navigué beaucoup, mais ont aussi développé des aptitudes devant les aider à communiquer leurs connaissances. Les écoles de voile sont accréditées selon des normes bien strictes par les fédérations de voile provinciales. Voile Québec compte une vingtaine d’écoles de voile-croisière réparties dans une dizaine de régions administratives de la province. Les voiliers-écoles doivent aussi répondre à des normes de Transports Canada. Après avoir confirmé que votre école est reconnue, assurez-vous que ce que l’on vous propose correspond bien à vos attentes. Il ne vous restera plus qu’à décider si vous désirez apprendre à faire de la voile avec…ou sans tuque, selon le plan d’eau choisi ! Un cours de voile n’est pas obligatoire…mais c’est une très bonne idée !!!

 

Découvrir les écoles affiliées à la FVQ.

 

Collaboration spéciale

Normand Latour, instructeur et directeur de «Voile Plus, École de voile»

Montréal, le 27 juillet 2018 - Du 14 au 21 juillet, les États-Unis ont accueilli les Championnats du monde de la jeunesse 2018. Les compétitions se sont déroulées sur une période de 5 jours, avec un total d’une dizaine de courses en moyenne par classes de bateaux.

Soulignons les performances des équipages québécois formés d’Audrey Staples et de Caterina Kunz, qui ont terminé les courses au 20e rang pour la classe des 29ers, avec une 8e place lors de la dernière course. Du côté masculin, Alec Baird(Qc) et William Bonin (On) ont aussi terminé en 20e place totale pour la classe des 29ers, avec une 10e position lors de la 3e course. Les gagnants de cette catégorie, autant du côté féminin (Pia Anderson et Nora Edland) que du côté masculin (Mathias Berthet et Alexander Franks-Penty) sont des athlètes représentants la Norvège.

Plusieurs équipages canadiens ont aussi pris part à cet événement dans différentes classes, notamment l’équipe de Tate Howell et Madeline Gillis, qui ont terminé au 12e rang total pour la classe des 420 chez les filles, tandis que les garçons Jack Groves et Alex Fraser ont terminé 17e au classement général. Pour la classe Radial Hunter Dejean a terminé 23e au classement général chez les filles, tandis que Tayte Stefnaniuk a terminé 33e chez les garçons.

Les États-Unis ont sans aucun doute été la nation dominante de ce Championnat, en terminant au 1er rang général, remportant ainsi le trophée des nations et ayant cumulé des performances en or dans quatre classes.

 

Félicitations à tous les athlètes!

Pour connaître tous les résultats et les gagnants :

http://www.worldsailingywc.org/results/2018_corpuschristi_usa.php

S’il est chose facile d’obtenir sa carte de conducteur d’embarcation, il est bien plus fastidieux de devenir un conducteur aguerri. Parce que le bateau à moteur est assimilé à une navigation sur un plan d’eau calme et sous le soleil, on oublie qu’être en mer présente toujours un risque. Lorsqu’un incident se produit, on réalise l’ampleur des processus et réactions qu’il aurait fallu connaître.

C’est précisément afin de se préparer aux situations difficiles que la Fédération de voile du Québec (FVQ) offre un cours de sécurité nautique. Ce cours, par ailleurs obligatoire pour tout instructeur de la FVQ, permet de se familiariser avec la conduite du bateau à moteur dans des conditions délicates.

Comment s’approcher d’un bateau en difficulté ou d’une personne à la mer ? Sans formation, un conducteur arrivera probablement du mauvais côté par rapport au vent et aux vagues, et son embarcation deviendra un danger pour la personne à secourir. Dans beaucoup de cas, ce sera seulement du stress, de l’inquiétude, quelques cris et une frayeur, sans parler du matériel abîmé. Alors qu’avec quelques notions essentielles, la plupart des manœuvres deviennent des formalités.

Se déroulant sur une journée, le cours de sécurité nautique comporte plusieurs sessions de pratique sur  l’eau, et un temps de théorie en salle. On y détaille comment utiliser une VHF en situation d’urgence, la  conduite à tenir face à un cas d’hypothermie et comment le reconnaître, les méthodes pour récupérer un  homme à la mer selon son état, sa corpulence, et les capacités physiques de l’intervenant, comment  évaluer une situation et comment décider de la méthode d’intervention, et bien d’autres choses. Si la  journée de cours peut permettre d’obtenir un certificat de sécurité nautique, l’optique, bien plus que celle  de l’évaluation, est celle du conseil, de la formation, et du partage   d’expérience.

Ainsi, les professionnels donnant les cours de sécurité nautique mettront à votre service tout un panel  d’outils afin de savoir intervenir, de mieux réagir, mais aussi de mieux se préparer. Quoi emmener sur votre bateau ? En plus du nécessaire respect des normes de Transport Canada, qui seront exposées et expliquées, nos formateurs vous indiqueront quelle petite trousse à outils de bord pourra vous sortir de plus d’une situation difficile. Ou encore, comment mettre son coupe-circuit pour rester réactif, comment jeter l’ancre efficacement, quels nœuds faire pour amarrer son bateau, comment démêler un cordage pris autour de votre hélice, ou comment dompter un vieux moteur capricieux.SécuritéNautique_web.jpg

Enfin, dans ce cours sera aussi abordé la conduite à tenir pour retrouver un bateau perdu, rentrer au port  lorsque la tempête vous a surpris, secourir une personne prise dans les cordages de son voilier chaviré,  appeler au secours selon le protocole établi, et, surtout, comment connaître ses limites. Autant d’éléments  fruits de longues expériences de marins mises en commun dans ce cours pour vous permettre de  reconnaître le danger et d’y réagir au mieux de vos capacités.

Ce cours est offert par la FVQ et s’adresse tant aux personnes naviguant sur des voiliers que sur des  bateaux à moteur. Il est ouvert à toute personne possédant sa Carte de Conducteur d’Embarcation de  Plaisance et âgée de 14 ans ou plus.

L'été arrive, préparez-vous à aller sur l'eau en toute sécurité !

Cliquez-ici pour connaitre les lieux, coûts de la formation et pour vous inscrire :

INSCRIPTION

 

 

Aller au haut